Havre

Pièce
chorégraphique
et sonore

2016

Marie Cambois, Aude Romary, Jean-Gabriel Valot : Havre © Thierry Laroche
Marie Cambois, Aude Romary, Jean-Gabriel Valot : Havre © Thierry Laroche
Marie Cambois, Aude Romary, Jean-Gabriel Valot : Havre © Thierry Laroche

Présentation

En juin 2013, la violoncelliste Aude Romary et la danseuse Marie Cambois débutent ensemble une recherche, sans s’attacher dans un premier temps à développer une forme spectaculaire. Ce travail s’oriente très vite vers une épure, un long et lent continuum à deux, chacune d’entre elle cherchant à laisser se transformer le son, le mouvement avec le moins de volonté possible. Assez vite, s’impose la nécessité d’une création lumière qui accompagnerait ce dialogue afin de permettre au spectateur l’abandon que trouvent nécessairement les deux interprètes dans leur jeu respectif. Elles convient alors l’éclairagiste Jean-Gabriel Valot à les rejoindre pour donner lieu à un trio minimal et poétique.

Équipe

Conception : Marie Cambois, Aude Romary, Jean-Gabriel Valot • Danse : Marie Cambois • Musique : Aude Romary • Lumière : Jean-Gabriel Valot • Costume : Prune Lardé

Production

Production : La distillerie collective • Coproduction : CCAM / Scène nationale de Vandœuvre • Spectacle bénéficiant de l’Aide au Projet de la DRAC de Lorraine et de l’Aide au Projet du Conseil Régional de Lorraine

Médias

Vidéo

Téléchargements

Dossier
Fiche technique
Pack photos HD

We killed a cheerleader 3.5

Pièce
chorégraphique
et sonore

2015

Marie Cambois, Jean-Philippe Gross : We killed a cheerleader 3.5 © Hugo Roussel
Marie Cambois, Jean-Philippe Gross : We killed a cheerleader 3.5 © Hugo Roussel
Marie Cambois, Jean-Philippe Gross : We killed a cheerleader 3.5 © Hugo Roussel

Présentation

Dans la série We killed a cheerleader, danse et musique sont abordées par réduction, par décomposition des signes et des signaux, les mettant à l’épreuve du temps et de la répétition.
Si les deux premiers volets ont établi un vocabulaire chorégraphique et sonore sans artifice, déterminé à former un espace commun, ce troisième volet y adjoint les plans et la lumière comme nouveaux éléments d’écriture, pour s’emparer de l’espace scénique, en modifier sa géographie, mettre à vue les contrepoints, etc.
Sur le plateau, les combinaisons à trois corps multiplient les possibles. Le mouvement entre en écho. Il est ralenti, scratché, pulsé, mis en vibration. Le travail sonore fréquentiel s’ouvre sur la pulsation, épurée et brute. Son dispositif de diffusion en 4.1 redessine les profondeurs, les plans, les reliefs de l’espace sonore.

Équipe

Conception : Marie Cambois, Jean-Philippe Gross • Danse : Marie Cambois, Morgan de Quelen, Lotus Eddé Khouri • Musique, diffusion : Jean-Philippe Gross • Régie, lumière : Philippe Colin • Actions scénographiques : Hugo Roussel

Production

Production : La distillerie collective • Coproduction : CCAM / Scène nationale de Vandœuvre, Espace BMK de Metz • Soutien : Théâtre de Bouxwiller • Spectacle bénéficiant de l’aide à la création du Conseil Régional de Lorraine

Archives

Vidéo

Le 3 n'est jamais sorti

Pièce
chorégraphique aléatoire et sonore

2012

Marie Cambois : Le 3 n'est jamais sorti

Présentation

Cette pièce est une combinaison d’éléments jouant avec le hasard : partition chorégraphique, scénographie, chronologie musicale. Aucune représentation n’est semblable. L'aléatoire est mis au cœur du processus de création, à la conception comme au moment de la représentation. Le plateau devient instable. Une sorte d'improvisation au service de l'équilibre fragile qui s'opère sous nos yeux.

Équipe

Danse et jeu : Marie Cambois, Gaël Leveugle, Nathalie Mauriès-Belou, Lorca Renoux • Création musicale : Jean-Philippe Gross • Système scénographique : Hugo Roussel • Textes : Alexine Cos (extraits de Ver de terre sur béton) • Régie : Philippe Colin

Production

Production : La distillerie collective • Coproduction : CCAM / Scène nationale de Vandœuvre, CCN Ballet de Lorraine

Archives

We killed a cheerleader 2.2

Pièce
chorégraphique
et sonore

2011

Marie Cambois, Jean-Philippe Gross : We killed a cheerleader 2.2 © Mathieu Rousseau
Marie Cambois, Jean-Philippe Gross : We killed a cheerleader 2.2 © Mathieu Rousseau
Marie Cambois, Jean-Philippe Gross : We killed a cheerleader 2.2 © Mathieu Rousseau

Présentation

We killed a cheerleader est avant tout une collaboration très ténue entre Marie Cambois et Jean-Philippe Gross, électroacousticien. Ils créent, en 2008, le premier volet d'une série de pièces pour danseurs et haut-parleurs.
Décortiquer la musique pour ne garder que le son. Décortiquer la danse pour ne garder que le geste. Utiliser de manière extrêmement primaire le principe de propagation des ondes sonores. Faire vibrer l’air et l’espace. Illustrer par le mouvement, de manière extrêmement primaire, la partition sonore et sa diffusion. Réduire et décomposer radicalement, arbitrairement, une séquence de cheerleading. Un prétexte à faire du mouvement.

Équipe

Conception : Marie Cambois, Jean-Philippe Gross • Danse : Marie Cambois, Aurélie Gandit • Musique : Jean-Philippe Gross • Régie : Philippe Colin • Conseil scénographique : Hugo Roussel

Production

Production : La distillerie collective • Coproduction : CCAM / Scène nationale de Vandœuvre

Archives

Vidéo

We killed a cheerleader 1.1

Pièce
chorégraphique
et sonore

2008

Marie Cambois, Jean-Philippe Gross : We killed a cheerleader 1.1 © Lino Toneloto

Présentation

Une "cheerleader" (en Amérique du Nord) ou "pom-pom girl" (faux anglicisme) est une jeune fille assurant un spectacle à base de chant, de danse et de figures acrobatiques durant les événements sportifs et lors de championnats spécifiques. "Cheerleader" peut se traduire par meuneuse de claques.
We killed a cheerleader, série de pièces composées pour danseuse(s) et haut-parleur(s) s'attache au mouvement : mouvement du corps par la production de gestes, mouvement de la membrane par la projection de sons.

Équipe

Conception : Marie Cambois, Jean-Philippe Gross • Danse : Marie Cambois • Musique : Jean-Philippe Gross

Production

Production : La distillerie collective • Coproduction : CCAM / Scène nationale de Vandœuvre

Archives

Vidéo

H O T . .

Pièce
chorégraphique
et sonore

2007

Marie Cambois, Camille Perrin, David Gallaire : H O T - -

Présentation

Au point de départ, un incendie survenu en avril 2005 dans un hôtel voisin. Nous reste le souvenir de cette scène, comme irréelle... Sans relater de façon narrative la violence et l'horreur liés à l'incendie, c'est l'intensité et l'extrême tension que nous avons voulu transposer ici de façon poétique. Une danse organique. Un tunnel de son qui met espace et corps en vibration. Un film, entre matière et lumière, projeté sur une scénographie dénudée.
H O T . . lie de façon invisible écriture et improvisation, dans un long et intense crescendo de 20 minutes exactement.

Équipe

Conception : Marie Cambois, Camille Perrin, David Gallaire • Danse : Marie Cambois • Contrebasse préparée : Camille Perrin • Vidéo-lumière : David Gallaire

Production

Production : Compagnie Mille Failles • Spectacle bénéficiant de l’Aide au Projet de la DRAC de Lorraine

Delovelies

Pièce
chorégraphique
théâtrale et sonore

2006

Marie Cambois : Delovelies © Morgan Fortems
Marie Cambois : Delovelies © Morgan Fortems
Marie Cambois : Delovelies © Morgan Fortems

Présentation

Delovelies exprime la dualité et la fragilité de l'être humain, oscillant entre normalité des comportements et soubresauts des démons intérieurs. Marie Cambois emmène son équipe pluridisciplinaire à travers l'univers du réalisateur John Cassavetes. Touchée par la personnalité et les méthodes de travail du cinéaste, elle se reconnaît dans cette figure pour son amour des comédiens, son recours fréquent à l'improvisation et ses personnages proprement inadaptés à l'univers dans lequel ils évoluent.
Delovelies est une pièce mouvante puisqu'elle intègre des actions chorégraphiques et théâtrales écrites dans une improvisation collective portée par la puissance du free rock.

Équipe

Conception : Marie Cambois • Danse : Isabelle Catalan, Aurélie Gandit, Maryline Jacques, Nathalie Mauriès-Belou • Comédie : Virginie Marouzé • Musique live : Michel Deltruc (batterie), Hervé Gudin (guitare électrique), Olivier Paquotte (guitare basse) • Objets lumineux : David Gallaire

Production

Production : Compagnie Mille Failles • Coproduction : CCAM / Scène nationale de Vandœuvre • Accueil Studio : CCN Ballet de Lorraine • Soutien et accueil en résidence : Micadanses • Spectacle bénéficiant de l'Aide au Projet de la DRAC de Lorraine et de l'Aide au Projet du Conseil Régional de Lorraine et de la Ville de Nancy

Archives

TE KOOP,
TE HUUR,
TE LAAT

Pièce
chorégraphique
pour 4 danseurs
et 3 musiciens

2004

Marie Cambois : Te koop, Te huur, Te laat © Philippe Faivre
Marie Cambois : Te koop, Te huur, Te laat © Philippe Faivre
Marie Cambois : Te koop, Te huur, Te laat © Philippe Faivre

Présentation

« Au départ, un territoire commun, vierge... Dans un fracas instrumental, deux hommes et deux femmes s'écroulent avec une lenteur extrême. Traversés par la même tension, ils résistent à une chute brutale et se redressent sans cesse comme pour mieux affirmer leur maîtrise de la terre ».
L'idée du territoire pensé comme la juxtaposition d'espaces paranoïaques et individualistes, se transforme au cours de la pièce en un élan humaniste dans lequel chacun, selon ce qu'il est, peut partager l'espace commun. Sur scène les évènements chorégraphiques, musicaux et techniques se mélangent dans une liberté d'écriture fluctuante qui témoigne de cette décomposition des frontières en temps réel.

Équipe

Conception et chorégraphie : Marie Cambois • Danse et jeu : Eric Batbedat, Jean-Michel Bernard, Marie Cambois, Nathalie Mauriès-Belou • Musique et interprétation live : Mathieu Chamagne (électro-acoustique), Michel Deltruc (batterie, percussions), Olivier Paquotte (basse électrique)

Production

Production : Compagnie Mille Failles • Coproduction : CCAM / Scène nationale de Vandœuvre • Spectacle bénéficiant de l’Aide au Projet de la DRAC de Lorraine et de la Ville de Nancy

Archives

Vidéo